Osho ose l'intégration de l'Orient et de l'Occident

OshoOsho (1931-1990), connu aussi sous le nom de Baghwan Shree Rajneesh, est un maître indien iconoclaste, qui a osé l’intégration de l’Orient et de l’Occident, pour renouveler l'approche de la spiritualité,
et cela, aussi bien dans ses enseignements, que de manière pratique, en réunissant les techniques de méditation traditionnelles et les techniques psychothérapeutiques occidentales, - par exemple dans sa "méditation dynamique".
Pour lui, le sage, l'homme réalisé ou éveillé, est un homme intégré ou intégratif, comme l'archétype proposé de Zorba le Bouddha, qui unifie en lui-même la sagesse d'un Bouddha et l'amour de la vie d'un Zorba le grec.

« C’est l’intégration profonde qui fait de l’homme un saint »
Les mots du silence p. 172 Editions Le voyage intérieur

"En anglais, les termes whole (tout), holy (sacré) et heal (guérir) ont une racine commune.
C'est très significatif. Celui qui est entier, intégré, est également guéri.
Guérir signifie redevenir un". Une tasse de thé p. 143

L’intégration Orient/Occident

« Jusqu’à présent toutes les civilisations auxquelles l’homme a donné naissance ont été incomplètes, fragmentaires. La culture engendrée par l’Orient dépendait uniquement de la religion. Elle ne s’intéressait pas à la science. Il en résulta que l’Orient fut vaincu ; il s’appauvrit et se ruina. La culture engendrée par l’Occident se situe à l’autre extrême : elle est basée sur la science et n’a rien à voir avec la religion. Il en résulta que l’Occident a triomphé, il a accumulé richesses, prospérité et biens matériels – mais il a perdu son âme.
La culture à venir, si elle sert véritablement l’évolution de l’humanité, sera un équilibre entre la science et la religion ; Elle en sera la synthèse. Elle ne sera pas purement religieuse ou purement scientifique : elle sera soit scientifiquement religieuse, soit religieusement scientifique.
Aujourd’hui nous avons l’occasion de créer une expérience universelle qui n’appartiendra ni à l’orient ni à l’Occident et qui unira la science et la religion.
Je vous dis donc qu’il n’y a pas de conflit entre la religion et la science, de même qu’il n’y en a pas entre le corps et l’âme. Celui qui ne vit qu’au niveau du corps perdra son âme et celui qui s’efforce de ne vivre que dans la dimension spirituelle ne pourra pas non plus vivre de façon juste, car il perdra contact avec son corps.
Tout comme la vie humaine est un équilibre, une synthèse du corps et de l’âme, de même une culture complète sera également un équilibre, une synthèse entre la science et la religion. La science sera son corps, la religion sera son âme. »

La méditation pas à pas Editions Accarias-L’Originel 2004

Zorba le Boudha

C’est l’homme nouveau qu’Osho appelle de ses vœux, il incarnera l’intégration de l’Orient et de l’Occident : il saura aussi bien danser dans son corps comme Zorba le grec, que méditer immobile comme le Boudha, dans les profondeurs illimitées de son intériorité.

« En Orient, la matière en général et le corps en particulier ont été condamnés comme illusoires (maya), comme dépourvus de consistance réelle et n’ayant qu’une présence apparente. La matière serait faite de la même substance que les rêves. Parce qu’il a nié le monde, l’Orient est pauvre, malade, misérable. La moitié de l’humanité a accepté le monde intérieur et rejeté le monde extérieur. L’autre moitié a préféré l’univers physique et refusé la réalité intérieure. Les deux attitudes sont incomplètes et jamais un homme privé de la moitié de son être ne pourra se sentir content.

Il faut être complet, intégré : riche physiquement, riche scientifiquement, riche en méditation, riche en conscience intelligente. Selon moi, seule la personne unifiée est saine et sainte. Je veux que Zorba et le Boudha fusionnent. A lui seul, Zorba est creux. Sa danse n’a pas de signification éternelle, c’est une jouissance momentanée. Il s’en fatiguera. A moins de vous abreuver aux sources inépuisables que le cosmos met à votre disposition, à moins de devenir existentiel, vous ne connaîtrez pas la plénitude. La personne intégrale, voilà ma contribution à l’humanité. »

Osho Rajneesh Tarot Zen p. 127

Médecine intégrative, médecine du futur : une prémonition

La médecine serait le domaine privilégié, où l’intégration pourrait être particulièrement bénéfique pour la santé de l’homme ; intégration de savoirs et de techniques jusqu’ici cloisonnés, qui, s’ils étaient mis en complémentarité et en synthèse, permettraient d’atteindre à la santé globale. Mais lisons Osho dans son rêve prémonitoire…

« Méditation à l’intérieur et médication à l’extérieur ; alors vous pourrez faire de la médecine une science complète. Selon moi la méditation et la médecine sont les deux pôles d’une même science où manque encore le lien qui les relie. Mais tout doucement elles se rapprochent l’une de l’autre. Aujourd’hui, dans la plupart des grands hôpitaux américains, l’hypnotiseur est devenu essentiel. Mais l’hypnose n’est pas la méditation. Cependant c’est un bon pas. Après l’hypnotiseur, chaque hôpital aura un département de yoga, de méditation. Cela arrivera. Alors nous serons capables de traiter l’homme en tant que tout. Les médecins prendront soin du corps, les psychologues prendront soin du mental et le yoga et la méditation prendront soin de l’âme. Le jour où les hôpitaux considéreront l’homme comme un tout et où il le traiteront en tant que tel, ce jour là sera un jour de réjouissance pour l’humanité ».

« Médecine et méditation » Almasta éditions p.36